LilySphère

Tagueuse émotionnelle...
Posts I Like
Who I Follow

Oui mais…
Nos esprits font des bonds
Sur des bulles d’espérance
Oui mais…
Nous cherchons des raisons
des excuses, des distances
Oui mais…
C’est un autre horizon
un rêve qui s’élance
Oui mais…
C’est la chair, ses frissons
Ses remords d’attirance
Oui mais…
Pour le cœur ce tourbillon
Est une douce délivrance.

Ambre.

J’ai trouvé un point de départ…

J’ai peur souvent que l’écorce des mots ne se pèle d’ennui…

lady-barcollando:

Vediamoci.
Io porto le voglie.
Tu porta l’amore.
E poi giochiamo
a chi si fa male per primo.

netgrind:

spacespace

netgrind:

spacespace

Ce que je vois…

"…J’ai appris à lire et à écrire dans la rue. D’abord des chiffres pour me nourrir et quelques lettres qui ressemblaient à des mots de passe. Pour convaincre le cœur des inconnus, je dansais, chantais et mimais une vie de Princess et de strass. Les autres, ramassaient des trucs et des bidules. Qu’ils revendaient à des crédules qui s’ennuyaient. Nous étions des petits chiffons qui coloraient les vitrines de la vie. Et Paris, offrait le plus grand terrain de jeu. Toujours, nous restions ensemble, loin des centres d’accueils pour enfants. Loin, de la police et des assistances en tout genres. On ne voulait pas être enfermé dans ce qu’ils appelaient " la sécurité " "l’hygiène de vie" et "l’éducation". Ces mots, résonnaient avec tant de violence dans nos caboches et nos corps trop petits, qu’ils nous propulsaient sur les toits des immeubles ou sous l’étale d’un marchant. Je ne savaient pas vraiment si j’étais, une rose toute pale, comme ces jolies petites filles, ou, un garçon, aussi sage que leurs anges bleus. J’étais là. Et j’ignorais tout le reste…"


Ambre.

Nous,
nous errons sur ces océans
silencieux et lisses
car depuis longtemps
nos cœurs ont levé l’ancre
Nous,
nous résistons aux vents
facétieux de délice
en allant au-devant
d’insomnies en nuits d’encre
Nous,
nous regardons nos écrans
invisibles et complices
hublots des sentiments
toutes nos chimériques palangres
Nous,
nous palpitons en rêvant
impalpables et propices
à cet aquatique mouvement
où lentement notre virtuel tangue.

Ambre.

artesens:

Sunset over Metropolis

Simzzzz

artesens:

Sunset over Metropolis

Simzzzz

La connaissance est dans la nostalgie.
Qui ne s’est pas perdu ne possède pas.
Pier Paolo Pasolini, Poésie avec littérature, 1951-1952 (via envertudelamour)

(via envertudelamour)

Ayons un rapport subtil qui ne prête pas à conséquence. Offrons à nos mots volatils le choix de l’empreinte dans leurs absences. Ainsi nos âmes libres danseront cette idylle platonique. Nos regards en équilibre dessineront nos rêves cybernétiques…

Ambre.

unoiseaumort:

Elle attend son amour
Les yeux de son amour
Les bras de son amour
Comme moi…

Peut-être bien aussi
Qu’à l’instant elle vit
Le meilleur de sa vie
Comme moi…

Je suis venu chercher une dose de frisson, un langoureux baiser, deux nuits de vertige. Je prends à emporter, je règle avec des sons, un peu de liberté pour que mon cœur voltige…

Ambre.